La CAQ veut abolir l'incorporation des médecins

Prisca Benoit redaction_quebec@tc.tc Publié le 7 mars 2016

Le porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière de santé, François Paradis.

©TC Media – Prisca Benoit

SANTÉ. Le porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière de santé, François Paradis, propose d'abolir l'incorporation des médecins pour réinjecter l'argent récupéré dans les soins de santé à domicile.

Le député de Lévis s'est posté devant Revenu Québec dimanche pour faire valoir son point de vue: avec 16 500 patients qui attendent des soins à domicile, l'incorporation des médecins prive le gouvernement de revenus importants pour répondre à la demande. «Les médecins récupèrent de l'argent qui devrait revenir au gouvernement québécois et canadien», a-t-il soutenu.

L'incorporation des médecins leur a été octroyée en 2007 par le ministre de la Santé de l'époque, l'actuel premier ministre Philippe Couillard. Elle permet aux médecins de sauver de l'argent sur leurs revenus en profitant d'un taux d'imposition plus avantageux ainsi qu'en fractionnant leurs revenus avec les membres de leur famille.

D'autres professions, comme les avocats et les comptables, peuvent également s'incorporer. Toutefois, «un médecin qui s'incorpore n'a pas une gestion de risque de son environnement, croit M. Paradis. Le médecin incorporé n'a qu'un seul payeur, c'est la régie de l'assurance maladie du Québec. Ce sont des fonds publics.»

Situation différente

François Paradis juge que si l'incorporation pouvait avoir des avantages en 2007 lors de sa mise en place, pour un certain rattrapage salarial, elle n'a plus sa place en 2016. «Les revenus moyens bruts des médecins omnipraticiens ont augmenté de 62% depuis 2007. Pour les médecins spécialistes, on parle de 72%.»

Pour l'instant 48% des médecins québécois sont incorporés, aux dires du député de la CAQ. Sans avoir obtenu un chiffre précis de la part de Revenu Québec, il a avancé que les principaux experts s'étant penchés sur la question estiment à 150 M$ l'argent récupérable de la fin de l'incorporation des médecins. «C'est un chiffre conservateur. Certains parlent de 290 M$, d'autres avancent plutôt 100 M$.»

François Paradis a rappelé l'une des promesses des libéraux en 2014, soit d'investir 150 M$ pendant cinq ans dans les soins à domicile. «Nous n'avons pas vu encore la couleur de cet argent-là», a-t-il affirmé.

Le député de la CAQ a fait le tour des établissements plus tôt cette semaine pour savoir combien de patients étaient en attente de recevoir des soins à domicile. Il est arrivé au chiffre de 16 500 patients approximativement.

En manchette

Commission scolaire des Patriotes: Le taux de la taxe scolaire diminue

ÉDUCATION. Les contribuables verront le taux de taxe scolaire diminué légèrement à la Commission scolaire des Patriotes (CSP) pour l’année 2016-2017. Toutefois, certains comptes de taxes pourraient augmenter en raison la hausse de la valeur foncière totale des propriétés. Le conseil des commissaires a aussi adopté un budget équilibré d’un peu plus de 334M$, le 28 juin.

La fleur d’ail pousse aussi à Sainte-Julie

CULTURE. La récolte de la fleur d’ail sera bonne cette année aux Jardins du Grand Coteau, sur la rue Principale, à Sainte-Julie, qui figure parmi la centaine de producteurs québécois de ce légume méconnu encore de la population.

La CAQ veut abolir l'incorporation des médecins

Prisca Benoit redaction_quebec@tc.tc Publié le 7 mars 2016

Le porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière de santé, François Paradis.

©TC Media – Prisca Benoit


SANTÉ. Le porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière de santé, François Paradis, propose d'abolir l'incorporation des médecins pour réinjecter l'argent récupéré dans les soins de santé à domicile.

Le député de Lévis s'est posté devant Revenu Québec dimanche pour faire valoir son point de vue: avec 16 500 patients qui attendent des soins à domicile, l'incorporation des médecins prive le gouvernement de revenus importants pour répondre à la demande. «Les médecins récupèrent de l'argent qui devrait revenir au gouvernement québécois et canadien», a-t-il soutenu.

L'incorporation des médecins leur a été octroyée en 2007 par le ministre de la Santé de l'époque, l'actuel premier ministre Philippe Couillard. Elle permet aux médecins de sauver de l'argent sur leurs revenus en profitant d'un taux d'imposition plus avantageux ainsi qu'en fractionnant leurs revenus avec les membres de leur famille.

D'autres professions, comme les avocats et les comptables, peuvent également s'incorporer. Toutefois, «un médecin qui s'incorpore n'a pas une gestion de risque de son environnement, croit M. Paradis. Le médecin incorporé n'a qu'un seul payeur, c'est la régie de l'assurance maladie du Québec. Ce sont des fonds publics.»

Situation différente

François Paradis juge que si l'incorporation pouvait avoir des avantages en 2007 lors de sa mise en place, pour un certain rattrapage salarial, elle n'a plus sa place en 2016. «Les revenus moyens bruts des médecins omnipraticiens ont augmenté de 62% depuis 2007. Pour les médecins spécialistes, on parle de 72%.»

Pour l'instant 48% des médecins québécois sont incorporés, aux dires du député de la CAQ. Sans avoir obtenu un chiffre précis de la part de Revenu Québec, il a avancé que les principaux experts s'étant penchés sur la question estiment à 150 M$ l'argent récupérable de la fin de l'incorporation des médecins. «C'est un chiffre conservateur. Certains parlent de 290 M$, d'autres avancent plutôt 100 M$.»

François Paradis a rappelé l'une des promesses des libéraux en 2014, soit d'investir 150 M$ pendant cinq ans dans les soins à domicile. «Nous n'avons pas vu encore la couleur de cet argent-là», a-t-il affirmé.

Le député de la CAQ a fait le tour des établissements plus tôt cette semaine pour savoir combien de patients étaient en attente de recevoir des soins à domicile. Il est arrivé au chiffre de 16 500 patients approximativement.