Morneau signe un budget à l’encre rouge foncée

Publié le 23 mars 2016

Le ministre des Finances, Bill Morneau.

©La Presse Canadienne

OTTAWA. Afin de tenir ses nombreuses promesses électorales, le gouvernement de Justin Trudeau signe un premier budget à l’encre rouge – foncée – et rompt son engagement de revenir à l’équilibre budgétaire dans quatre ans.

Avec son budget déposé mardi, le ministre des Finances, Bill Morneau, envisage un déficit de 29,4 milliards $ pour 2016-2017, soit près de 20 milliards $ de plus que le déficit dit «modeste» promis en campagne électorale par les libéraux cet été. Exit également l’engagement de retourner à l’équilibre budgétaire avant la fin du mandat, puisqu’il prévoir un déficit de 14,3 milliards $ dans quatre ans.

Mais les promesses touchant le déficit sont pratiquement les seules que le gouvernement brise avec son budget intitulé «assurer la croissance de la classe moyenne», calqué en grande partie sur sa plateforme électorale.

Tel qu’anticipé, la plupart des parents trouveront leur compte dans l’une des mesures phares du budget, l’Allocation canadienne pour enfants, qui consiste en une prestation non imposable pouvant aller jusqu’à 6400$ par enfant de moins de 6 ans et de 5400 $ pour ceux de 6 à 17 ans, pour les familles aux revenus les plus faibles. La mesure coûtera cette année 4,5 milliards $ de plus que les anciens programmes pour les enfants mis de l’avant par les conservateurs, comme la prestation fiscale et la prestation universelle pour la garde d’enfants, qui prennent le chemin des poubelles.

M. Morneau consacre un chapitre complet aux investissements pour les peuples autochtones, avec une injection de 8,4 milliards $ sur cinq ans.

Les libéraux modifient également le programme d’assurance-emploi, notamment en éliminant l’obligation pour les nouveaux membres de la population active d’accumuler 910 heures de travail pour être admissibles, plutôt que de 420 à 700 heures selon la région.

Le gouvernement prolonge par ailleurs les prestations de cinq semaines pour 12 régions touchées par des ralentissements économiques (aucune n’est au Québec) et abaissent le délai de carence à une semaine. Les changements au programme coûteront un milliard $ cette année.

Le crédit d’impôt pour les cotisants aux fonds de travailleurs, que les conservateurs avaient commencé à abaisser, est rétabli à 15%.

Comme promis, le gouvernement Trudeau dépensera massivement pour les infrastructures à travers le pays selon un plan en deux phases, dont la première comprendra des dépenses de 11,9 milliards $ sur cinq ans.

Il investira par ailleurs 400 M$ sur deux ans dans les technologies vertes et établira également un fonds pour une économie à faibles émissions de carbone de 2 milliards $.

Le budget projette des hausses modestes dans les transferts en santé – un sujet qui intéresse les provinces, aux prises avec les soucis de santé d’une société vieillissante. M. Morneau signale toutefois qu’Ottawa est résolu à négocier avec les provinces et territoires pour un nouvel accord pluriannuel.

Dans son discours à la Chambre des communes, le ministre Morneau a expliqué son recours aux déficits année après année par la nécessité d’accorder une bouffée d’oxygène aux Canadiens dès maintenant, mais aussi à «rétablir la prospérité et l’optimisme» à long terme.

Points saillants du budget

− Le déficit prévu pour l’année financière 2016-2017 atteint 29,4 milliards $; il doit ensuite être réduit à 29,0 milliards $ en 2017-2018, 22,8 milliards $ en 2018−2019, 17,7 milliards $ en 2019−2020 et 14,3 milliards $ en 2020−2021.

− Les dépenses de programmes bondissent sous le nouveau gouvernement libéral: elles passent de 270,9 milliards $ en 2015-2016 à 291,4 milliards $ en 2016-2017, puis à 304,6 milliards $ en 2017-2018. En 2020-2021, elles doivent atteindre 323,2 milliards $.

− Le ministre Morneau prévoit que ses mesures de relance de l’économie entraîneront une hausse du produit intérieur brut de 0,5% dans la première année et de 1% au cours de la deuxième année.

− Les parents d’enfants de moins de 18 ans toucheront la nouvelle Allocation canadienne pour enfants à compter du mois de juillet. Une famille qui a deux enfants et dont le revenu annuel s’élève à 90 000$ recevra 5650$, soit 2500$ de plus que dans le système actuel.

− Le gouvernement prévoit des investissements de 8,4 milliards $ en cinq ans pour l’amélioration des conditions de vie des peuples autochtones.

− Abolition du fractionnement du revenu pour les couples avec enfant, du crédit d’impôt pour les activités sportives des enfants ainsi que du crédit d’impôt pour les activités culturelles des enfants.

− Le taux d’imposition pour les petites entreprises est réduit de 11 à 10,5%, mais l’engagement du précédent gouvernement de le ramener à 9% est reporté indéfiniment.

− Une somme additionnelle de 5,6 milliards $ sur une période de cinq ans est allouée aux anciens combattants et à leurs familles, dont une augmentation de l’indemnité d’invalidité, qui pourra atteindre 360 000$.

− Le gouvernement entend investir 675 M$ sur une période de cinq ans dans la Société Radio−Canada.

La Presse Canadienne

En manchette

Une médaille de bronze au goût d'or pour la Rive-Sud

SOFTBALL. L'équipe de softball de la Rive-Sud a terminé son parcours aux Jeux du Québec en décrochant une médaille de bronze, tout aussi satisfaisante sinon plus qu'une médaille d'or. Même si l'équipe était négligée dans ce duel qui l'opposait aux Laurentides, les athlètes de la Rive-Sud ont rapidement montré qu'elles ne s'inclineraient pas facilement.

L'or pour l'équipe féminine de volleyball de plage

RÉSULTATS. Les spectateurs ont eu droit à tout un spectacle dimanche lors de la dernière journée de compétition de volleyball de plage. Alors que le soleil et le vent se sont faits sentir sur les terrains de la plage Jean Doré, Koralie Courcy, de Saint-Amable, et Marianne St-Aubin, de Longueuil, qui représentaient la Rive-Sud, ont connu une journée parfaite pour finalement décrocher une médaille d'or à la 51e Finale des Jeux du Québec.

Morneau signe un budget à l’encre rouge foncée

Publié le 23 mars 2016

Le ministre des Finances, Bill Morneau.

©La Presse Canadienne


OTTAWA. Afin de tenir ses nombreuses promesses électorales, le gouvernement de Justin Trudeau signe un premier budget à l’encre rouge – foncée – et rompt son engagement de revenir à l’équilibre budgétaire dans quatre ans.

Avec son budget déposé mardi, le ministre des Finances, Bill Morneau, envisage un déficit de 29,4 milliards $ pour 2016-2017, soit près de 20 milliards $ de plus que le déficit dit «modeste» promis en campagne électorale par les libéraux cet été. Exit également l’engagement de retourner à l’équilibre budgétaire avant la fin du mandat, puisqu’il prévoir un déficit de 14,3 milliards $ dans quatre ans.

Mais les promesses touchant le déficit sont pratiquement les seules que le gouvernement brise avec son budget intitulé «assurer la croissance de la classe moyenne», calqué en grande partie sur sa plateforme électorale.

Tel qu’anticipé, la plupart des parents trouveront leur compte dans l’une des mesures phares du budget, l’Allocation canadienne pour enfants, qui consiste en une prestation non imposable pouvant aller jusqu’à 6400$ par enfant de moins de 6 ans et de 5400 $ pour ceux de 6 à 17 ans, pour les familles aux revenus les plus faibles. La mesure coûtera cette année 4,5 milliards $ de plus que les anciens programmes pour les enfants mis de l’avant par les conservateurs, comme la prestation fiscale et la prestation universelle pour la garde d’enfants, qui prennent le chemin des poubelles.

M. Morneau consacre un chapitre complet aux investissements pour les peuples autochtones, avec une injection de 8,4 milliards $ sur cinq ans.

Les libéraux modifient également le programme d’assurance-emploi, notamment en éliminant l’obligation pour les nouveaux membres de la population active d’accumuler 910 heures de travail pour être admissibles, plutôt que de 420 à 700 heures selon la région.

Le gouvernement prolonge par ailleurs les prestations de cinq semaines pour 12 régions touchées par des ralentissements économiques (aucune n’est au Québec) et abaissent le délai de carence à une semaine. Les changements au programme coûteront un milliard $ cette année.

Le crédit d’impôt pour les cotisants aux fonds de travailleurs, que les conservateurs avaient commencé à abaisser, est rétabli à 15%.

Comme promis, le gouvernement Trudeau dépensera massivement pour les infrastructures à travers le pays selon un plan en deux phases, dont la première comprendra des dépenses de 11,9 milliards $ sur cinq ans.

Il investira par ailleurs 400 M$ sur deux ans dans les technologies vertes et établira également un fonds pour une économie à faibles émissions de carbone de 2 milliards $.

Le budget projette des hausses modestes dans les transferts en santé – un sujet qui intéresse les provinces, aux prises avec les soucis de santé d’une société vieillissante. M. Morneau signale toutefois qu’Ottawa est résolu à négocier avec les provinces et territoires pour un nouvel accord pluriannuel.

Dans son discours à la Chambre des communes, le ministre Morneau a expliqué son recours aux déficits année après année par la nécessité d’accorder une bouffée d’oxygène aux Canadiens dès maintenant, mais aussi à «rétablir la prospérité et l’optimisme» à long terme.

Points saillants du budget

− Le déficit prévu pour l’année financière 2016-2017 atteint 29,4 milliards $; il doit ensuite être réduit à 29,0 milliards $ en 2017-2018, 22,8 milliards $ en 2018−2019, 17,7 milliards $ en 2019−2020 et 14,3 milliards $ en 2020−2021.

− Les dépenses de programmes bondissent sous le nouveau gouvernement libéral: elles passent de 270,9 milliards $ en 2015-2016 à 291,4 milliards $ en 2016-2017, puis à 304,6 milliards $ en 2017-2018. En 2020-2021, elles doivent atteindre 323,2 milliards $.

− Le ministre Morneau prévoit que ses mesures de relance de l’économie entraîneront une hausse du produit intérieur brut de 0,5% dans la première année et de 1% au cours de la deuxième année.

− Les parents d’enfants de moins de 18 ans toucheront la nouvelle Allocation canadienne pour enfants à compter du mois de juillet. Une famille qui a deux enfants et dont le revenu annuel s’élève à 90 000$ recevra 5650$, soit 2500$ de plus que dans le système actuel.

− Le gouvernement prévoit des investissements de 8,4 milliards $ en cinq ans pour l’amélioration des conditions de vie des peuples autochtones.

− Abolition du fractionnement du revenu pour les couples avec enfant, du crédit d’impôt pour les activités sportives des enfants ainsi que du crédit d’impôt pour les activités culturelles des enfants.

− Le taux d’imposition pour les petites entreprises est réduit de 11 à 10,5%, mais l’engagement du précédent gouvernement de le ramener à 9% est reporté indéfiniment.

− Une somme additionnelle de 5,6 milliards $ sur une période de cinq ans est allouée aux anciens combattants et à leurs familles, dont une augmentation de l’indemnité d’invalidité, qui pourra atteindre 360 000$.

− Le gouvernement entend investir 675 M$ sur une période de cinq ans dans la Société Radio−Canada.

La Presse Canadienne