Thomas Mulcair déterminé à rester chef du NPD

Publié le 14 mars 2016

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair.

©La Presse Canadienne

POLITIQUE. La défaite avait beau être encore brûlante, mais Thomas Mulcair savait déjà qu'il voulait rester chef du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Tout juste après un événement post-électoral à Ottawa, en compagnie de son collègue défait Paul Dewar, M. Mulcair a repris la route pour Montréal avec sa chef de cabinet adjointe, Chantale Turgeon.

«La toute première soirée à Ottawa avec Paul Dewar, ç'a été le premier moment où j'ai eu l'espoir que continuer allait produire les résultats que l'on n'a pas eus en 2015», a confié M. Mulcair, en entrevue avec La Presse Canadienne. La soirée s'est terminée, Chantale était avec moi, nous sommes revenus à Montréal et j'ai dit: "Nous allons continuer de nous battre".»

S'il savait qu'il n'allait pas remettre en question son futur politique, après les élections, il savait aussi qu'il aurait une réflexion à faire. Ce processus, a-t-il admis, a été très difficile d'un point de vue personnel.

«Il faut un moment pour dresser le bilan d'une telle chose et pour décider ce qu'on veut faire. On peut parler aux gens qui nous entourent, on peut parler à notre famille, mais c'est une chose qui demande vraiment une profonde introspection.»

À un mois du congrès du parti à Edmonton, où ils décideront si M. Mulcair doit demeurer en poste, les néo-démocrates se posent encore des questions.

La présidente du NPD, Rebecca Blaikie, qui dirige un groupe de travail effectuant un post-mortem électoral, a affirmé que M. Mulcair devrait obtenir 70% des votes des délégués pour rester en poste. Il cherche donc à persuader les membres du parti qu'il peut les amener à passer par-dessus les décevants résultats d'octobre dernier, en allant à leur rencontre, d'un bout à l'autre du pays.

Il prend le temps de faire des rencontres plus intimes avec les membres du parti, une chose pour laquelle il avait peu de temps quand il était chef de l'opposition officielle. Il affirme que ces conversations sont «de l'oxygène» pour lui.

Thomas Mulcair a l'intention de garder le contact avec ces gens, ajoutant que c'est cette base qui fera avancer le parti après la convention du mois prochain.

Il semble en pleine forme: il nage cinq fois par semaine et soigne son alimentation. De plus, il se dit vivifié de ses rencontres avec les gens qui lui rappellent pourquoi il veut défendre les gens qui ont d'énormes obstacles à surmonter.

Récemment, lorsqu'il travaillait dans une campagne pour une élection provinciale partielle à Calgary, il a été confronté par un homme qui craignait de vivre une retraite dans la pauvreté, après avoir travaillé toute sa vie comme chef cuisinier.

«Vous savez, ce sont ces moments dans une carrière politique qui vous disent: "Voici pourquoi je lutte"», a-t-il lâché.

La Presse Canadienne

Thomas Mulcair déterminé à rester chef du NPD

Publié le 14 mars 2016

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair.

©La Presse Canadienne


POLITIQUE. La défaite avait beau être encore brûlante, mais Thomas Mulcair savait déjà qu'il voulait rester chef du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Tout juste après un événement post-électoral à Ottawa, en compagnie de son collègue défait Paul Dewar, M. Mulcair a repris la route pour Montréal avec sa chef de cabinet adjointe, Chantale Turgeon.

«La toute première soirée à Ottawa avec Paul Dewar, ç'a été le premier moment où j'ai eu l'espoir que continuer allait produire les résultats que l'on n'a pas eus en 2015», a confié M. Mulcair, en entrevue avec La Presse Canadienne. La soirée s'est terminée, Chantale était avec moi, nous sommes revenus à Montréal et j'ai dit: "Nous allons continuer de nous battre".»

S'il savait qu'il n'allait pas remettre en question son futur politique, après les élections, il savait aussi qu'il aurait une réflexion à faire. Ce processus, a-t-il admis, a été très difficile d'un point de vue personnel.

«Il faut un moment pour dresser le bilan d'une telle chose et pour décider ce qu'on veut faire. On peut parler aux gens qui nous entourent, on peut parler à notre famille, mais c'est une chose qui demande vraiment une profonde introspection.»

À un mois du congrès du parti à Edmonton, où ils décideront si M. Mulcair doit demeurer en poste, les néo-démocrates se posent encore des questions.

La présidente du NPD, Rebecca Blaikie, qui dirige un groupe de travail effectuant un post-mortem électoral, a affirmé que M. Mulcair devrait obtenir 70% des votes des délégués pour rester en poste. Il cherche donc à persuader les membres du parti qu'il peut les amener à passer par-dessus les décevants résultats d'octobre dernier, en allant à leur rencontre, d'un bout à l'autre du pays.

Il prend le temps de faire des rencontres plus intimes avec les membres du parti, une chose pour laquelle il avait peu de temps quand il était chef de l'opposition officielle. Il affirme que ces conversations sont «de l'oxygène» pour lui.

Thomas Mulcair a l'intention de garder le contact avec ces gens, ajoutant que c'est cette base qui fera avancer le parti après la convention du mois prochain.

Il semble en pleine forme: il nage cinq fois par semaine et soigne son alimentation. De plus, il se dit vivifié de ses rencontres avec les gens qui lui rappellent pourquoi il veut défendre les gens qui ont d'énormes obstacles à surmonter.

Récemment, lorsqu'il travaillait dans une campagne pour une élection provinciale partielle à Calgary, il a été confronté par un homme qui craignait de vivre une retraite dans la pauvreté, après avoir travaillé toute sa vie comme chef cuisinier.

«Vous savez, ce sont ces moments dans une carrière politique qui vous disent: "Voici pourquoi je lutte"», a-t-il lâché.

La Presse Canadienne