Légaliser le cannabis rapporterait des milliards $ à l'État

Ugo Giguère ugo.giguere@tc.tc Publié le 12 février 2016

©Sûreté du Québec

CANNABIS. Promis lors des dernières élections par le Parti libéral, et réaffirmé par le premier ministre Justin Trudeau jeudi, le projet de légalisation du cannabis pourrait engranger des recettes de 2 à 5 milliards $ pour le gouvernement, selon un économiste de la CIBC.

Si la guerre aux stupéfiants semble perdue d'avance, selon certains experts, de plus en plus d'États s'ouvrent à la possibilité de légaliser le cannabis. L'exemple du Colorado, dont les revenus nets issus du commerce de la marijuana ont dépassé les 85 M$ pour un État d'un peu plus de 5 millions d'habitants, est révélateur.

Professeur de l'École de psychoéducation de l'Université de Montréal, Jean-Sébastien Fallu avance l'hypothèse que la crise économique de 2008 ait joué le rôle de déclencheur. «C'est de plus en plus admis que la guerre à la drogue n'est pas efficace et j'ai l'impression que la crise économique est à l'origine d'un changement de perception chez les leaders politiques qui y ont vu une source de revenus», suggère l'expert en toxicomanie.

À son avis, l'argument économique pèse lourd auprès des élus. «C'est un marché qui existe et qui est là sauf qu'actuellement les profits vont dans les poches de criminels au lieu de celles de l'État», souligne M. Fallu.

Un argument auquel se range le premier ministre. «Nous voulons réglementer et contrôler la marijuana pour protéger nos jeunes, pour empêcher le crime organisé, les gangs de rue et les trafiquants d'armes de tirer profit de la vente de la marijuana», a résumé Justin Trudeau jeudi.

Des milliards $ pour l'État?

Dans une note publiée le mois dernier, l'économiste de la Banque CIBC, Avery Shenfeld, estime les revenus hypothétiques du Canada entre 2 à 5 milliards $ en cas de légalisation du cannabis. Selon son évaluation, il pourrait se vendre 770 000 kg de marijuana pour des ventes totales de quelque 5 G$. Un montant auquel il faut ajouter les revenus issus du «tourisme du pot» généré par une telle légalisation.

Selon l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, menée en 2012, 12,2 % des Canadiens de 15 ans et plus, soit 3,4 millions de personnes ont consommé de la marijuana au cours des 12 mois précédents.

Selon une consommation nationale de 770 000 kg de cannabis

Vendu à la livre au prix du marché noir:

-1 697 559 livres

-3 055 606 200$

Vendu au gramme au prix du marché noir:

-770 000 000 grammes

-7 700 000 000$

Avec La Presse Canadienne

En manchette

Reconstruction des ponts d’étagement de l’A 30, au-dessus de l’A 20,

Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports informe les usagers de la route qu’il procédera à des fermetures complètes dans l’échangeur de l’autoroute 20 et de l’autoroute 30, dans les nuits du 27 et du 28 juin. Ces fermetures sont nécessaires pour effectuer du marquage et installer de la signalisation.

La saison des fraises sera bonne

CULTURE. La saison des fraises s’annonce bonne à Sainte-Julie même si la période d’autocueillette sera légèrement retardée.

Légaliser le cannabis rapporterait des milliards $ à l'État

Ugo Giguère ugo.giguere@tc.tc Publié le 12 février 2016

©Sûreté du Québec


CANNABIS. Promis lors des dernières élections par le Parti libéral, et réaffirmé par le premier ministre Justin Trudeau jeudi, le projet de légalisation du cannabis pourrait engranger des recettes de 2 à 5 milliards $ pour le gouvernement, selon un économiste de la CIBC.

Si la guerre aux stupéfiants semble perdue d'avance, selon certains experts, de plus en plus d'États s'ouvrent à la possibilité de légaliser le cannabis. L'exemple du Colorado, dont les revenus nets issus du commerce de la marijuana ont dépassé les 85 M$ pour un État d'un peu plus de 5 millions d'habitants, est révélateur.

Professeur de l'École de psychoéducation de l'Université de Montréal, Jean-Sébastien Fallu avance l'hypothèse que la crise économique de 2008 ait joué le rôle de déclencheur. «C'est de plus en plus admis que la guerre à la drogue n'est pas efficace et j'ai l'impression que la crise économique est à l'origine d'un changement de perception chez les leaders politiques qui y ont vu une source de revenus», suggère l'expert en toxicomanie.

À son avis, l'argument économique pèse lourd auprès des élus. «C'est un marché qui existe et qui est là sauf qu'actuellement les profits vont dans les poches de criminels au lieu de celles de l'État», souligne M. Fallu.

Un argument auquel se range le premier ministre. «Nous voulons réglementer et contrôler la marijuana pour protéger nos jeunes, pour empêcher le crime organisé, les gangs de rue et les trafiquants d'armes de tirer profit de la vente de la marijuana», a résumé Justin Trudeau jeudi.

Des milliards $ pour l'État?

Dans une note publiée le mois dernier, l'économiste de la Banque CIBC, Avery Shenfeld, estime les revenus hypothétiques du Canada entre 2 à 5 milliards $ en cas de légalisation du cannabis. Selon son évaluation, il pourrait se vendre 770 000 kg de marijuana pour des ventes totales de quelque 5 G$. Un montant auquel il faut ajouter les revenus issus du «tourisme du pot» généré par une telle légalisation.

Selon l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, menée en 2012, 12,2 % des Canadiens de 15 ans et plus, soit 3,4 millions de personnes ont consommé de la marijuana au cours des 12 mois précédents.

Selon une consommation nationale de 770 000 kg de cannabis

Vendu à la livre au prix du marché noir:

-1 697 559 livres

-3 055 606 200$

Vendu au gramme au prix du marché noir:

-770 000 000 grammes

-7 700 000 000$

Avec La Presse Canadienne