Sondage sur un projet d’autopartage dans la région

Diane Lapointe diane.lapointe@tc.tc Publié le 16 mars 2016

Cathy Martel, directrice, Marion Drouin Laberge, agente de liaison et Jean-François Lessard, agent de développement.

©Gracieuseté

Un nouveau service d’autopartage pourrait être offert dans la région. Un sondage est présentement en ligne pour connaître l’intérêt de la population de Varennes, Sainte-Julie, Saint-Amable, Verchères, Calixa-Lavallée et Contrecoeur pour ce projet de type Communauto.

L’initiative a été mise en branle par le CDC Marguerite-d’Youville et les cinq centres d’action bénévole du territoire. « Ces organismes offrent du transport médical à une clientèle qui n’est pas éligible au transport adapté, mais on s’est aperçu que les bénévoles ne souhaitaient pas utiliser leur voiture. En même temps, nous avons su que les Maisons de jeunes souhaitaient avoir accès à un véhicule de sept passagers pour leurs déplacements lors de la tenue d’activités à l’extérieur  », explique l’agent de développement au CDC Marguerite-D’Youville, Jean-François Lessard.

Après avoir constaté ce besoin, le CDC a approché l’entreprise <I>Communauto<I> pour qu’elle offre leur service dans la région. « Nous avons tenté de les convaincre durant un an, mais ils n’ont démontré aucun intérêt. Nous avons donc eu l’idée de partir notre propre projet  de service d’autopartage. »

Les instigateurs prennent actuellement le pouls des citoyens, et un sondage est en ligne jusqu’à la fin de mars. « On vise une centaine de répondants par ville afin que nous puissions déterminer si le projet répond à un besoin. »

Si les résultats du sondage sont positifs, le service d’autopartage pourrait démarrer rapidement. Il serait géré par un organisme communautaire qui regrouperait entre autres les centres d’action bénévole et le CDC. « Le service serait mis à la disposition des organismes et des citoyens. Il y aurait assez de voitures pour répondre aux besoins de tous. Les usagers de ce service paieraient en fonction de leur utilisation, comme le fait Communauto », affirme M. Lessard.

Le sondage est disponible sur le site web du CDC à cdcmy.org

 

En manchette

Jeune recrue de 59 ans pilote de course

SPORT. Il n’y a pas d’âge pour réaliser ses rêves. Raymond Guay en est la preuve. Âgé de 59 ans, l’homme d’affaires et résident de Sainte-Julie a participé il y a deux semaines à la 47e édition du Grand Prix de Trois-Rivières (GPR3). Il a terminé la course en 12e position et avec une bonne dose d’émotions fortes.

5,3 M $ pour rendre 130 autobus «intelligents»

Les autobus intelligents viennent de faire leur arrivée dans une dizaine de villes de la Rive-Sud. Une flotte de 130 véhicules équipés du système d’exploitation Rythmo permet aux usagers de connaître, en temps réel, le déplacement des autobus via une application mobile pour téléphones intelligents.

Sondage sur un projet d’autopartage dans la région

Diane Lapointe diane.lapointe@tc.tc Publié le 16 mars 2016

Cathy Martel, directrice, Marion Drouin Laberge, agente de liaison et Jean-François Lessard, agent de développement.

©Gracieuseté


Un nouveau service d’autopartage pourrait être offert dans la région. Un sondage est présentement en ligne pour connaître l’intérêt de la population de Varennes, Sainte-Julie, Saint-Amable, Verchères, Calixa-Lavallée et Contrecoeur pour ce projet de type Communauto.

L’initiative a été mise en branle par le CDC Marguerite-d’Youville et les cinq centres d’action bénévole du territoire. « Ces organismes offrent du transport médical à une clientèle qui n’est pas éligible au transport adapté, mais on s’est aperçu que les bénévoles ne souhaitaient pas utiliser leur voiture. En même temps, nous avons su que les Maisons de jeunes souhaitaient avoir accès à un véhicule de sept passagers pour leurs déplacements lors de la tenue d’activités à l’extérieur  », explique l’agent de développement au CDC Marguerite-D’Youville, Jean-François Lessard.

Après avoir constaté ce besoin, le CDC a approché l’entreprise <I>Communauto<I> pour qu’elle offre leur service dans la région. « Nous avons tenté de les convaincre durant un an, mais ils n’ont démontré aucun intérêt. Nous avons donc eu l’idée de partir notre propre projet  de service d’autopartage. »

Les instigateurs prennent actuellement le pouls des citoyens, et un sondage est en ligne jusqu’à la fin de mars. « On vise une centaine de répondants par ville afin que nous puissions déterminer si le projet répond à un besoin. »

Si les résultats du sondage sont positifs, le service d’autopartage pourrait démarrer rapidement. Il serait géré par un organisme communautaire qui regrouperait entre autres les centres d’action bénévole et le CDC. « Le service serait mis à la disposition des organismes et des citoyens. Il y aurait assez de voitures pour répondre aux besoins de tous. Les usagers de ce service paieraient en fonction de leur utilisation, comme le fait Communauto », affirme M. Lessard.

Le sondage est disponible sur le site web du CDC à cdcmy.org