Des parents réclament une école primaire alternative

Diane Lapointe diane.lapointe@tc.tc Publié le 11 janvier 2016

Sabine Petzoldt et Audrée-Jade Carignan ont récemment entrepris des démarches pour que soit implantée dans la région de Sainte-Julie une école primaire alternative.

©TC Media – Diane Lapointe

ÉDUCATION. Deux mères de famille de Sainte-Julie ont relancé le projet d’avoir sur le territoire de la Commission scolaire des Patriotes une école primaire alternative.

Audrée-Jade Carignan et Sabine Petzoldt souhaitent voir leurs enfants fréquenter une telle institution, convaincues que la philosophie d’éducation préconisée convient davantage à leurs mousses.

« Ce sont de petites écoles qui prônent une approche plus communautaire et participative. Elles fonctionnent par projets, laissent beaucoup de place aux enfants dans leur processus d’apprentissage, et respectent davantage leur rythme, tout en répondant aux objectifs du programme du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport », expliquent Mme Carignan.

« Cette pédagogie est davantage centrée sur les élèves est plus motivante pour eux, et facilite l’acquisition de leur autonomie, croit Mme Petzoldt. L’enseignant agit plus comme un guide, et les parents, pour leur part, doivent s’impliquer à la vie scolaire. »

Ailleurs au Québec

Il y a 32 écoles alternatives au Québec dont cinq en Montérégie, mais aucune sur le territoire de la Commission scolaire des Patriotes.

« Les demandes d’inscriptions sont tellement importantes qu’il est pratiquement impossible pour nos enfants de pouvoir fréquenter une de ces écoles situées à l’extérieur de notre commission scolaire, soutient Mme Carignan.  Nous souhaitons avoir un choix dans leur éducation, car pour l’instant, les options dont nous disposons sont, soit l’école régulière ou l’école privée. Parfois, il est même difficile de pouvoir choisir l’école de quartier. »

Démarches similaires dans le passé

Un groupe de parents a mené un tel dossier de 2009 à 2013. Ils réclamaient une école primaire alternative dans l’axe Contrecoeur – Boucherville. Cette fois-ci, les instigatrices identifient le secteur de Sainte-Julie comme lieu d’emplacement d’une éventuelle école alternative. À l’époque, la Commission scolaire des Patriotes n’avait pas donné suite à la demande, car un moratoire exigeait le refus de tout nouveau projet, le temps que soit élaborée une nouvelle politique relative aux projets pédagogiques particuliers. Elle a été adoptée en juin 2014.

Mobilisation

Mmes Carignan et Petzoldt sont à l’étape de la mobilisation. Elles ont lancé il y a quelques jours une pétition en ligne dans le but de récolter le plus d’appuis possible, ainsi qu’une page Facebook  École Alternative Commission scolaire des Patriotes..

Elles souhaitent présenter officiellement le projet au conseil des commissaires de la Commission scolaire des Patriotes au cours du printemps prochain.

Elles ont d’ailleurs déjà rencontré la mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, qui leur a mentionné qu’elles pourraient obtenir son soutien dans leurs démarches.

En manchette

Des parents réclament une école primaire alternative

Diane Lapointe diane.lapointe@tc.tc Publié le 11 janvier 2016

Sabine Petzoldt et Audrée-Jade Carignan ont récemment entrepris des démarches pour que soit implantée dans la région de Sainte-Julie une école primaire alternative.

©TC Media – Diane Lapointe


ÉDUCATION. Deux mères de famille de Sainte-Julie ont relancé le projet d’avoir sur le territoire de la Commission scolaire des Patriotes une école primaire alternative.

Audrée-Jade Carignan et Sabine Petzoldt souhaitent voir leurs enfants fréquenter une telle institution, convaincues que la philosophie d’éducation préconisée convient davantage à leurs mousses.

« Ce sont de petites écoles qui prônent une approche plus communautaire et participative. Elles fonctionnent par projets, laissent beaucoup de place aux enfants dans leur processus d’apprentissage, et respectent davantage leur rythme, tout en répondant aux objectifs du programme du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport », expliquent Mme Carignan.

« Cette pédagogie est davantage centrée sur les élèves est plus motivante pour eux, et facilite l’acquisition de leur autonomie, croit Mme Petzoldt. L’enseignant agit plus comme un guide, et les parents, pour leur part, doivent s’impliquer à la vie scolaire. »

Ailleurs au Québec

Il y a 32 écoles alternatives au Québec dont cinq en Montérégie, mais aucune sur le territoire de la Commission scolaire des Patriotes.

« Les demandes d’inscriptions sont tellement importantes qu’il est pratiquement impossible pour nos enfants de pouvoir fréquenter une de ces écoles situées à l’extérieur de notre commission scolaire, soutient Mme Carignan.  Nous souhaitons avoir un choix dans leur éducation, car pour l’instant, les options dont nous disposons sont, soit l’école régulière ou l’école privée. Parfois, il est même difficile de pouvoir choisir l’école de quartier. »

Démarches similaires dans le passé

Un groupe de parents a mené un tel dossier de 2009 à 2013. Ils réclamaient une école primaire alternative dans l’axe Contrecoeur – Boucherville. Cette fois-ci, les instigatrices identifient le secteur de Sainte-Julie comme lieu d’emplacement d’une éventuelle école alternative. À l’époque, la Commission scolaire des Patriotes n’avait pas donné suite à la demande, car un moratoire exigeait le refus de tout nouveau projet, le temps que soit élaborée une nouvelle politique relative aux projets pédagogiques particuliers. Elle a été adoptée en juin 2014.

Mobilisation

Mmes Carignan et Petzoldt sont à l’étape de la mobilisation. Elles ont lancé il y a quelques jours une pétition en ligne dans le but de récolter le plus d’appuis possible, ainsi qu’une page Facebook  École Alternative Commission scolaire des Patriotes..

Elles souhaitent présenter officiellement le projet au conseil des commissaires de la Commission scolaire des Patriotes au cours du printemps prochain.

Elles ont d’ailleurs déjà rencontré la mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, qui leur a mentionné qu’elles pourraient obtenir son soutien dans leurs démarches.