Le libéral Michel Picard l'emporte dans Montarville

Diane Lapointe diane.lapointe@tc.tc Publié le 20 octobre 2015

Le candidat du Parti libéral dans Montarville, Michel Picard.

Le candidat libéral Michel Picard a profité de la remontée de son chef Justin Trudeau au cours des trois dernières semaines pour se faire élire dans la circonscription de Montarville.

M.Picard a remporté l’élection avec 1 568 voix de majorité (33,6 % du suffrage), au moment où ont été écrites ces lignes, sur son plus proche adversaire, la bloquiste Catherine Fournier.

« C’est une grande fierté, et je suis en même temps frappé d’humilité. Je réalise toute la responsabilité que l’on vient de me confier », a-t-il déclaré lors d’une courte entrevue téléphonique.

M. Picard a écouté les résultats de l’élection entouré de sa famille dans sa résidence du Sommet Trinité à Saint-Bruno-de-Montarville. « J’avais confiance en la plate-forme du Parti libéral, mais la compétition était forte », mentionne-t-il.

Le docteur en sciences politiques et analyste, spécialisé sur les crimes économiques

ne veut pas parler de vague rouge, il préfère parler de « volonté de changement et tout le monde a voté du même bord.» La longue campagne électorale aura nettement joué en faveur des libéraux.

Le libéral Michel Picard l'emporte dans Montarville

Diane Lapointe diane.lapointe@tc.tc Publié le 20 octobre 2015

Le candidat du Parti libéral dans Montarville, Michel Picard.


Le candidat libéral Michel Picard a profité de la remontée de son chef Justin Trudeau au cours des trois dernières semaines pour se faire élire dans la circonscription de Montarville.

M.Picard a remporté l’élection avec 1 568 voix de majorité (33,6 % du suffrage), au moment où ont été écrites ces lignes, sur son plus proche adversaire, la bloquiste Catherine Fournier.

« C’est une grande fierté, et je suis en même temps frappé d’humilité. Je réalise toute la responsabilité que l’on vient de me confier », a-t-il déclaré lors d’une courte entrevue téléphonique.

M. Picard a écouté les résultats de l’élection entouré de sa famille dans sa résidence du Sommet Trinité à Saint-Bruno-de-Montarville. « J’avais confiance en la plate-forme du Parti libéral, mais la compétition était forte », mentionne-t-il.

Le docteur en sciences politiques et analyste, spécialisé sur les crimes économiques

ne veut pas parler de vague rouge, il préfère parler de « volonté de changement et tout le monde a voté du même bord.» La longue campagne électorale aura nettement joué en faveur des libéraux.