Vente de RONA aux américains: le député Barsalou Duval se dit inquiet

Publié le 4 février 2016

Le député de Pierre-Boucher–Les Patriotes–Verchères, Xavier Barsalou-Duval

©Gracieuseté

À la suite de l’annonce de l’acquisition de RONA par le quincaillier américain Lowe’s, le député de Pierre-Boucher–Les Patriotes–Verchères, Xavier Barsalou-Duval, a sommé le gouvernement fédéral de s’assurer que le siège social soit maintenu à Boucherville tout en protégeant les fournisseurs québécois et les emplois qui en découlent.

M. Barsalou-Duval estime que même si le siège social pourrait être maintenu à Boucherville, les risques n’en sont pas moins grands : « On a vu ce qui est arrivé avec Provigo, Astral Média, la Bourse de Montréal et plusieurs autres. On observe que, très souvent, le siège social devient un simple paravent et les véritables décisions finissent par se prendre ailleurs.»

Xavier Barsalou Duval met également en lumière l’incertitude dans laquelle sont plongés les fournisseurs québécois avec lesquels RONA fait affaire. « Pour bon nombre de PME de chez nous, je pense notamment à Garant, fabricant de pelles, ou à Duchesne, matériaux de construction, RONA représente un partenaire commercial majeur. L’arrivée de ce nouveau joueur fragilise nettement leur relation d’affaires avec les quincailleries québécoises.

Interrogé par le député à la Chambre des communes, le ministre Navdeep Bains a refusé de préciser ses intentions. « Je me désole du détachement dont fait preuve le ministre. En vertu de la Loi sur Investissement Canada, le gouvernement fédéral a pourtant le pouvoir d’autoriser, de refuser ou de poser des conditions à la vente. Le ministre doit immédiatement saisir l’importance de ce dossier pour les Bouchervillois comme pour l’ensemble du Québec » a déclaré le député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères.

Source : Bureau du député Xavier Barsalou-Duval

En manchette

Les restaurateurs et tenanciers craignent les impacts

Dès demain ( 26 mai), les fumeurs ne pourront plus griller une cigarette sur les terrasses partout en province. Si les tenanciers et restaurateurs approuvent ce choix pour la santé publique, ils craignent également un impact important sur leur clientèle.

Entrepreneur coupable de fraude : 120 heures de travaux communautaires

L'entrepreneur de Saint-Césaire Stéphane Roberge a été condamné à effectuer 120 heures de travaux communautaires et sera sous probation pendant deux ans. Il devra aussi rembourser la quincaillerie BMR de Chambly pour deux de quatre transactions frauduleuses réalisées en 2011.

Vente de RONA aux américains: le député Barsalou Duval se dit inquiet

Publié le 4 février 2016

Le député de Pierre-Boucher–Les Patriotes–Verchères, Xavier Barsalou-Duval

©Gracieuseté


À la suite de l’annonce de l’acquisition de RONA par le quincaillier américain Lowe’s, le député de Pierre-Boucher–Les Patriotes–Verchères, Xavier Barsalou-Duval, a sommé le gouvernement fédéral de s’assurer que le siège social soit maintenu à Boucherville tout en protégeant les fournisseurs québécois et les emplois qui en découlent.

M. Barsalou-Duval estime que même si le siège social pourrait être maintenu à Boucherville, les risques n’en sont pas moins grands : « On a vu ce qui est arrivé avec Provigo, Astral Média, la Bourse de Montréal et plusieurs autres. On observe que, très souvent, le siège social devient un simple paravent et les véritables décisions finissent par se prendre ailleurs.»

Xavier Barsalou Duval met également en lumière l’incertitude dans laquelle sont plongés les fournisseurs québécois avec lesquels RONA fait affaire. « Pour bon nombre de PME de chez nous, je pense notamment à Garant, fabricant de pelles, ou à Duchesne, matériaux de construction, RONA représente un partenaire commercial majeur. L’arrivée de ce nouveau joueur fragilise nettement leur relation d’affaires avec les quincailleries québécoises.

Interrogé par le député à la Chambre des communes, le ministre Navdeep Bains a refusé de préciser ses intentions. « Je me désole du détachement dont fait preuve le ministre. En vertu de la Loi sur Investissement Canada, le gouvernement fédéral a pourtant le pouvoir d’autoriser, de refuser ou de poser des conditions à la vente. Le ministre doit immédiatement saisir l’importance de ce dossier pour les Bouchervillois comme pour l’ensemble du Québec » a déclaré le député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères.

Source : Bureau du député Xavier Barsalou-Duval