Muselière obligatoire: le projet de règlement soulève la grogne

Diane Lapointe diane.lapointe@tc.tc Publié le 17 mars 2016

Des chiens de certaines races devront porter une muselière dans tous les espaces publics de Sainte-Julie, en plus d’avoir l’obligation d’être tenus en laisse comme le prévoit l’actuel règlement municipal.

©TC Media - Archives

L’intention d’obliger certaines races de chiens à porter la muselière dans les espaces publics de Sainte-Julie soulève la grogne auprès de plusieurs propriétaires de chien.

Le reportage publié cette semaine dans L’Information sur ce projet de règlement a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux. Des internautes se sont dits choqués, certains ont affirmé que la muselière ne réglera pas le problème des chiens agressifs et que les races canines ciblées n’étaient pas les chiens réputés comme étant les plus mordeurs. D’autres ont prétendu que le problème des chiens qui attaquent se situait au niveau de la personne qui tenait la laisse.

Une pétition pour s’opposer au règlement a été lancée mercredi et 207 personnes l’ont à ce moment signée. Une manifestation contre le projet devant l’hôtel de ville est par ailleurs prévue le 2 avril, à 14h.  

Les races ciblées dans l’avis de motion déposé par les élus municipaux le 8 mars dernier étaient les staffordshire terrier, American staffordshire terrier, pitbull terrier, American pitbull terrier, mastiff ou bullmastiff, rottweiler, et tout chien hybride issu de ces races.

En entrevue au journal la semaine dernière, le président de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec, Dr Joël Bergeron, déclarait qu’un tel règlement était inacceptable, et qu’il allait à l’encontre de la santé et du bien-être des animaux, parce qu’entre autres, la seule façon pour un chien d’évacuer un excès de chaleur était par la gueule.

Il déclarait par ailleurs qu’en tête de liste des statistiques sur les morsures se trouvaient d’autres races canines que celles ciblées par la Ville et que l’agressivité de certains chiens relevait plus des méthodes utilisées lors de la sélection génétique, de la socialisation, du dressage, du conditionnement et de l’environnement dans lequel sont élevés ou gardés les animaux.

Modification

Dans un communiqué émis le 16 mars , la Ville de Sainte-Julie précise attendre les recommandations de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec et d’autres organismes spécialisés avant d’adopter ledit règlement qui devait initialement l’être à l’assemblée du 5 avril.

La Ville indique par ailleurs qu’elle pourrait modifier  la liste des chiens ciblés pour en éliminer ou en rajouter. Les races issues de croisement seront par ailleurs définies de façon plus détaillée si le projet devait aller de l’avant.

La Ville rappelle dans son communiqué qu’elle a entrepris cette démarche en raison de l’augmentation du nombre de plaintes et d’incidents relatifs à ce type de chiens.

La mairesse répète «qu’au lieu d’interdire certaines races, comme le font plusieurs autres municipalités, nous envisageons plutôt le port obligatoire de la muselière pour certaines races. Nous croyons que c’est le meilleur compromis possible pour accommoder tant les propriétaires de ce type de chiens que les nombreux citoyens qui en réclament l’interdiction, car ils craignent pour leur sécurité ou celle de leurs enfants».

La Ville précise par ailleurs que « les recherches qu’elle a effectuées jusqu’à maintenant démontrent que certains intervenants spécialisés considèrent la muselière de style panier comme un compromis acceptable pour assurer la sécurité des usagers, notamment sur les pistes cyclables, où de nombreux stimulants peuvent provoquer des réactions agressives chez certains chiens.»

 

Muselière obligatoire: le projet de règlement soulève la grogne

Diane Lapointe diane.lapointe@tc.tc Publié le 17 mars 2016

Des chiens de certaines races devront porter une muselière dans tous les espaces publics de Sainte-Julie, en plus d’avoir l’obligation d’être tenus en laisse comme le prévoit l’actuel règlement municipal.

©TC Media - Archives


L’intention d’obliger certaines races de chiens à porter la muselière dans les espaces publics de Sainte-Julie soulève la grogne auprès de plusieurs propriétaires de chien.

Le reportage publié cette semaine dans L’Information sur ce projet de règlement a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux. Des internautes se sont dits choqués, certains ont affirmé que la muselière ne réglera pas le problème des chiens agressifs et que les races canines ciblées n’étaient pas les chiens réputés comme étant les plus mordeurs. D’autres ont prétendu que le problème des chiens qui attaquent se situait au niveau de la personne qui tenait la laisse.

Une pétition pour s’opposer au règlement a été lancée mercredi et 207 personnes l’ont à ce moment signée. Une manifestation contre le projet devant l’hôtel de ville est par ailleurs prévue le 2 avril, à 14h.  

Les races ciblées dans l’avis de motion déposé par les élus municipaux le 8 mars dernier étaient les staffordshire terrier, American staffordshire terrier, pitbull terrier, American pitbull terrier, mastiff ou bullmastiff, rottweiler, et tout chien hybride issu de ces races.

En entrevue au journal la semaine dernière, le président de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec, Dr Joël Bergeron, déclarait qu’un tel règlement était inacceptable, et qu’il allait à l’encontre de la santé et du bien-être des animaux, parce qu’entre autres, la seule façon pour un chien d’évacuer un excès de chaleur était par la gueule.

Il déclarait par ailleurs qu’en tête de liste des statistiques sur les morsures se trouvaient d’autres races canines que celles ciblées par la Ville et que l’agressivité de certains chiens relevait plus des méthodes utilisées lors de la sélection génétique, de la socialisation, du dressage, du conditionnement et de l’environnement dans lequel sont élevés ou gardés les animaux.

Modification

Dans un communiqué émis le 16 mars , la Ville de Sainte-Julie précise attendre les recommandations de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec et d’autres organismes spécialisés avant d’adopter ledit règlement qui devait initialement l’être à l’assemblée du 5 avril.

La Ville indique par ailleurs qu’elle pourrait modifier  la liste des chiens ciblés pour en éliminer ou en rajouter. Les races issues de croisement seront par ailleurs définies de façon plus détaillée si le projet devait aller de l’avant.

La Ville rappelle dans son communiqué qu’elle a entrepris cette démarche en raison de l’augmentation du nombre de plaintes et d’incidents relatifs à ce type de chiens.

La mairesse répète «qu’au lieu d’interdire certaines races, comme le font plusieurs autres municipalités, nous envisageons plutôt le port obligatoire de la muselière pour certaines races. Nous croyons que c’est le meilleur compromis possible pour accommoder tant les propriétaires de ce type de chiens que les nombreux citoyens qui en réclament l’interdiction, car ils craignent pour leur sécurité ou celle de leurs enfants».

La Ville précise par ailleurs que « les recherches qu’elle a effectuées jusqu’à maintenant démontrent que certains intervenants spécialisés considèrent la muselière de style panier comme un compromis acceptable pour assurer la sécurité des usagers, notamment sur les pistes cyclables, où de nombreux stimulants peuvent provoquer des réactions agressives chez certains chiens.»