Le projet d'école primaire alternative est sur la table

Adaée Beaulieu adaee.beaulieu@tc.tc Publié le 11 mars 2016

Sabine Petzoldt et Audrée-Jade Carignan sont les instigatrices du projet d’école primaire alternative à Sainte-Julie déposé à la Commission scolaire des Patriotes, le 8 mars.

©Photo TC Media - archives

ÉDUCATION. Des mères de Sainte-Julie ont déposé leur projet d’école primaire alternative lors de la séance du 8 mars du Conseil des commissaires de la Commission scolaire des Patriotes (CSP). Elles désirent ainsi que la CSP diversifie son offre de services de façon à inclure une approche pédagogique différente, qui à leur avis convient davantage à leurs enfants.

«Nous avons visité plusieurs écoles alternatives et nous avons été interpellées, car l’enfant peut aller à son rythme. L’apprentissage se fait par le biais de projets reliés à ses intérêts, ce qui augmente sa motivation», explique Sabine Petzoldt, une des instigatrices du projet.

Ouverture en 2017

Mme Petzoldt est persuadée que les inscriptions pourront se faire au printemps prochain et que l’école pourra ouvrir ses portes à l’automne 2017. Selon elle, le fait qu’un projet existant ait été repris accélérera le processus.

Une école primaire alternative avait déjà été réclamée de 2009 à 2013  par un groupe de parents, mais dans l’axe Contrecœur – Boucherville plutôt qu’à Sainte-Julie. Celle-ci n’a pas vu le jour, car un moratoire exigeait que la CSP refuse tout nouveau projet, le temps que soit élaborée une nouvelle politique relative aux projets pédagogiques particuliers; ce qui a été fait en juin 2014.

Pour le moment, la présidente de la CSP, Hélène Roberge, a indiqué que l’analyse du projet prendra quelques mois. Néanmoins, deux commissaires, Amélie Poirier de Sainte-Julie et Gaétan Marcil de Varennes ont déjà donné leur appui, ce qui réjouit Sabine Petzoldt.

Installation dans une école existante

Les instigatrices du projet se disent prêtes à ce que l’école alternative cohabite avec une école existante de Sainte-Julie à condition que la direction demeure indépendante. Mme Petzoldt souligne que selon une analyse de l’effectif scolaire actuel et projeté de la Ville, il serait possible de procéder à une telle implantation.

Celle-ci se ferait graduellement, soit en débutant avec environ 80 élèves et en augmentant par la suite jusqu’à 140. Pour le moment, aucune école n’a été approchée, car une décision de la CSP doit d’abord être rendue.

Mobilisation

La mobilisation est en cours pour obtenir de l’appui des parents de la région. Une pétition a été lancée en décembre et compte à ce jour 440 signatures. Une page Facebook École Alternative Commission Scolaire des Patriotes a aussi créé et compte désormais près de 330 membres. Les parents intéressés par le projet sont invités à participer à une soirée d’informations le 19 mai à 19h au Metro Riendeau de Sainte-Julie.

En manchette

Avis d'ébullition à Sainte-Julie

SÉCURITÉ. La Ville de Sainte-Julie demande aux citoyens de faire bouillir l'eau pour la fin de semaine. L'avis d'ébullition s'applique à l'ensemble du territoire.

La NBA viable à Montréal?

Le basketball occupe un plus grand espace médiatique ces temps-ci grâce au parcours des Raptors de Toronto en séries de la National Basketball Association (NBA). Cet engouement relance le débat à savoir si Montréal pourrait avoir une franchise viable de la NBA. Il y en a un qui est convaincu, Pascal Jobin, intervenant de choix pour les médias quand vient le temps de commenter l'actualité du basketball. Jobin, qui est également entraîneur de l'équipe masculine du cégep Édouard-Montpetit, sera d'ailleurs analyste pour le tournoi olympique féminin cet été durant les Jeux de Rio.

Le projet d'école primaire alternative est sur la table

Adaée Beaulieu adaee.beaulieu@tc.tc Publié le 11 mars 2016

Sabine Petzoldt et Audrée-Jade Carignan sont les instigatrices du projet d’école primaire alternative à Sainte-Julie déposé à la Commission scolaire des Patriotes, le 8 mars.

©Photo TC Media - archives


ÉDUCATION. Des mères de Sainte-Julie ont déposé leur projet d’école primaire alternative lors de la séance du 8 mars du Conseil des commissaires de la Commission scolaire des Patriotes (CSP). Elles désirent ainsi que la CSP diversifie son offre de services de façon à inclure une approche pédagogique différente, qui à leur avis convient davantage à leurs enfants.

«Nous avons visité plusieurs écoles alternatives et nous avons été interpellées, car l’enfant peut aller à son rythme. L’apprentissage se fait par le biais de projets reliés à ses intérêts, ce qui augmente sa motivation», explique Sabine Petzoldt, une des instigatrices du projet.

Ouverture en 2017

Mme Petzoldt est persuadée que les inscriptions pourront se faire au printemps prochain et que l’école pourra ouvrir ses portes à l’automne 2017. Selon elle, le fait qu’un projet existant ait été repris accélérera le processus.

Une école primaire alternative avait déjà été réclamée de 2009 à 2013  par un groupe de parents, mais dans l’axe Contrecœur – Boucherville plutôt qu’à Sainte-Julie. Celle-ci n’a pas vu le jour, car un moratoire exigeait que la CSP refuse tout nouveau projet, le temps que soit élaborée une nouvelle politique relative aux projets pédagogiques particuliers; ce qui a été fait en juin 2014.

Pour le moment, la présidente de la CSP, Hélène Roberge, a indiqué que l’analyse du projet prendra quelques mois. Néanmoins, deux commissaires, Amélie Poirier de Sainte-Julie et Gaétan Marcil de Varennes ont déjà donné leur appui, ce qui réjouit Sabine Petzoldt.

Installation dans une école existante

Les instigatrices du projet se disent prêtes à ce que l’école alternative cohabite avec une école existante de Sainte-Julie à condition que la direction demeure indépendante. Mme Petzoldt souligne que selon une analyse de l’effectif scolaire actuel et projeté de la Ville, il serait possible de procéder à une telle implantation.

Celle-ci se ferait graduellement, soit en débutant avec environ 80 élèves et en augmentant par la suite jusqu’à 140. Pour le moment, aucune école n’a été approchée, car une décision de la CSP doit d’abord être rendue.

Mobilisation

La mobilisation est en cours pour obtenir de l’appui des parents de la région. Une pétition a été lancée en décembre et compte à ce jour 440 signatures. Une page Facebook École Alternative Commission Scolaire des Patriotes a aussi créé et compte désormais près de 330 membres. Les parents intéressés par le projet sont invités à participer à une soirée d’informations le 19 mai à 19h au Metro Riendeau de Sainte-Julie.